Volcan Tarawera & complexe volcanique Okataina

Carte des structures principales, types de lave et localisation des évents des centres volcaniques de Rotorua et d'Okataina inclus dans la zone volcanique septentrionale de Taupo; Cole (1990). Le centre éruptif Okataina comprend la caldera Haroharo et les complexes de dômes rhyolitiques de Haroharo et de Tarawera. La caldera présente un contour de coquille Saint-Jacques. Elle se forma entre -250.000 et -50.000 ans au cours de l'éruption d'au moins quatre niveaux d'ignimbrite. Durant les 10.000 dernières années, les dômes de lave et les dépôts pyroclastiques associés ont rempli la caldera. Les volumes respectifs des complexes de dômes rhyolitiques Haroharo et Tarawera  sont de 34 et 13 km3.

Le complexe volcanique Haroharo est constitué de dômes de lave qui se télescopent, de coulées de lave, de coulées pyroclastiques, et de dépôts aériens. Les dernières éruptions qui modifièrent la caldera ont produit la brèche Rotoiti  (il y a environ 50.000 ans) et la sous-formation Mangaone ( il y a ± 38.000-28.000 ans). Toutes les laves affleurant sont âgées de moins de 20.000 ans. Les 11 évents observés en surface sont tous plus jeunes que 9.000 ans. Les éruptions les plus récentes datent de -5.300 (Te Horoa et autres dômes), -2.880 (Makatiti et autres dômes), et 1.490 BC (Rotokawau à Rotoatua); Nairn and Cole (1975).

Le Tarawera s'est formé au cours de cinq épisodes éruptifs majeurs:
1886, éruption de scories basaltiques;
il y a 700 ans, éruption Kaharoa de lave rhyolitique et de pyroclastites;
il y a 11.000 ans, l'épisode éruptif de Waiohau ;
il y a 15.000 ans, l'épisode éruptif de Rerewhakaaitu
il y a 17.000 ans, il y eut un épisode associé avec l'émission du dépôt de cendre d'Okareka.

L' éruption du Tarawera de juin 1886 a été la première éruption du complexe volcanique Okaitana au cours des temps historiques. L'éruption s'est produite le long d'une ligne de cratères qui a recoupé les anciens dômes rhyolitiques sur 8 km et s'est étendue sur 9 km supplémentaires vers le SO (fissure éruptive de 17 km au total). Les évents du SO abritaient à cette époque les bassins du lac Rotomohana ainsi que les cratères de la zone thermale de Waimangu. La phase pyroclastique principale de l'éruption a généré un volume de cendre estimé à 0.3 km3. Le nuage éruptif a atteint une hauteur évaluée à 10 km au-dessus du volcan. Des nuées ardentes déposèrent des matériaux pyroclastiques au sud, à l'est, et au nord. L'évent principal de l'éruption a été comblé par le dôme Ruawahia. La lave a également formé le Tarawera et le Wahanga pendant et un peu après l'éruption de 1886 .

Les éruptions à Rotomahana ont consisté en de violentes explosions phréatiques. Ces explosions, causées par l'eau du sol qui s'est soudainement vaporisée au contact du magma, ont édifié des grands cratères et expulsé des matériaux sur une vaste zone. les épisodes éruptifs les plus violents ont duré seulement 4 heures. Les villages de Te Ariki, Moura, et Te Wairoa ont été rayés de la carte. L'éruption provoqua la mort de 150 personnes. Les dépôts hydrothermaux des terrasses Roses ("Pink") et Blanches ("White"), véritables merveilles de la nature, de la zone thermale de Waimangu ont également été ensevelies lors de cette éruption.

L'éruption basaltique du Tarawera en 1886 a été l'une des plus violentes au cours des temps historiques. Environ 2 km3 de lave ont été éjectés en seulement 4 heures..

Fissure éruptive du Tarawera (< 1886) vue du ciel. Elle est longue de 17 km et recoupe un ensemble de dômes rhyolitiques plus anciens sur une longueur de 8  km.

Le complexe de dômes rhyolitiques du Tarawera, allongé NE-SO, vu de la fissure principale, orientée NO-SE, de la zone thermale de Waimangu

Le même complexe de dômes vu à partir de la rive du lac Tarawera