Voyage à Montserrat & à la Guadeloupe (avril 2007)


Photos de Thierry SLUYS

La SOUFRIERE de la Guadeloupe (Basse Terre) -- LGE

Le beau dôme de la Soufrière émergeant des nuages. En bas à droite, les habitations de St-Claude les plus proches du volcan.

Le dôme de la Soufrière vu du chemin d'accès à la sortie de la forêt tropicale.

Panorama offert à l'observateur du sommet de la Soufrière. A l'arrière-plan, un cône adventif strombolien recouvert de végétation.

Les faubourgs de Basse-Terre vus du dôme de la Soufrière de la Guadeloupe.

Fracture active lacérant le dôme sommital de la Soufrière de la Guadeloupe.

Une paroi de la fracture active est tapissée d'un joli dépôt soufré preuve que ce volcan est toujours bien actif !

Soufflard ouvert dans la paroi de la même fracture

Autre dépôt de soufre colorant des éboulis. Le fond de la crevasse est recouvert de cendre et de quelques blocs d'éboulis.

Le profond puits dégageant essentiellement de la vapeur d'eau (absence de soufre). Le câble, tendu entre les deux extrémités de l'évent, a servi à y descendre un appareillage afin de réaliser une tomographie en 3D du volcan.

Impressionnant bloc de lave grise trônant au bord du gouffre.


Le volcan actif de Soufrière Hills sur l'île de Montserrat, l'île d'Emeraude des Caraïbes -- LGE

Carte en 3D de l'île de Montserrat. Le tracé bleu délimité la zone "off limit" (l'accès au secteur sud de l'île est complètement interdit).

Bienvenue sur l'île volcanique active de Montserrat ! Malheureusement pour ses habitants, le volcan de Soufriere Hills s'est chargé de "salir" l'île.

Le guide de Thierry...cool cool !!!

Carte topographique de la partie sud de l'île, zone interdite au public.

Les énormes dépôts pyroclastiques et de lahars vus d'avion (< SO). A gauche, on aperçoit Plymouth, l'ancienne capitale dévastée par une série de coulées pyroclastiques et de lahars dès juillet 1997.

Soufriere Hills vu d'avion (du NE). A l'avant-plan, le lieu-dit de "Spanish Point" et à l'arrière-plan le nouveau delta de dépôts de la rivière Tar. Les dépôts éruptifs gris récents ont permis à l'île de récupérer quelques hectares sur la mer. La ligne de l'ancien rivage est marquée par la falaise abrupte, plus ou moins haute, visible à l'avant-plan. Au sud de la vallée de la rivière Tar, il n'y a pas eu d'écoulements pyroclastiques et/ou de lahars et, donc, la falaise côtière a été préservée.

Les impressionnants dépôts pyroclastiques à l'embouchure de la rivière Tar, formant une morphologie en éventail. A droite, on distingue la partie haute de la falaise qui formait l'ancien rivage. NB: l'impression de forte déclivité est due à l'angle de prise de vue du cliché de Thierry.

L'ancienne capitale de l'île (Plymouth), aujourd'hui abandonnée, vue d'avion. La partie centrale de la ville a été ravagée à plusieurs reprises par des coulées pyroclastiques et des lahars (coulées de boue) qui ont atteint la mer. Un chenal couvert d'épais dépôts pyroclastiques gris, où se mêlent blocs gigantesques et troncs d'arbres, traverse la ville de part en part. Aujourd'hui,  Plymouth est appelée la "Pompei" moderne et on comprend pourquoi à la vue de cette photo.

La désolation d'une ville abandonnée et couverte en grande partie de cendres grises. En haut à droite les premiers contreforts du volcan.

Au centre, l'église principale de Plymouth recouverte jusqu'à mi-hauteur de dépôts de cendre et de boue.

Gros plan sur l'église principale de Plymouth.

La ville fantôme se pare d' une couleur rosâtre au coucher du soleil.

Les habitations du centre-ville sont presque ensevelies sous les épais dépôts successifs constitués de cendre, de boue aujourd'hui consolidée et de débris issus du dôme de lave sommital ou des pentes supérieures du volcan de Soufriere Hills. Une atmosphère lourde, magnifiée par la menace toujours bien réelle représentée par le volcan,  pèse sur cette ville désormais inhabitable pour une longue période.

La partie la plus haute et la plus active du dôme de Soufrière Hills dégaze abondamment. Photo réalisée du lieu-dit "Jack Boy Point" situé près de l'observatoire volcanologique de Montserrat (M.V.O.)

Quelques reliquats d'aiguille et quelques gigantesques blocs de lave pâteuse restent en équilibre précaire sur la coupole du dôme actif.

Versant abrupte du dôme "fumant". Le dôme de lave actif a atteint un volume jamais observé jusqu'à présent, environ 250 millions de m3.

Le dôme dégazant de toutes parts vu de "Jack Boy Point" près du M.V.O..

Gros plan sur le sommet du dôme actif (vu de "Jack Boy Point" près de M.V.O.)

Végétation brûlée par les gaz corrosifs soufrés sur le flanc d'une des collines entourant le massif de Soufriere Hills.

L'ancien aéroport de Montserrat détruit par une série d'écoulements pyroclastiques dès juillet 1997.


Photos de Thierry Dockx

Les flancs septentrionaux de Soufrière Hills vus du N et du NE !  A droite, on voit au loin des habitations à flanc de volcan, évidemment aujourd'hui abandonnées.

Thierry capte sur pellicule un instant de la vie tumultueuse du volcan Soufrière Hills

La marche à hauteur des toits dans les épais dépôts pyroclastiques, encore peu consolidés, est pénible !

Plymouth étrangement dévasté et désormais abandonné !

Le dôme "fumant" de Soufrière Hills (> 200 millions m3) s'élevant fièrement dans l'enclos, partiellement ouvert vers le sud et l'est, constitué par l'ancien cratère (cratère des Anglais)

Pêche hasardeuse au large de la vallée de la rivière Tar -- Vue aérienne.

Un bungalow a échappé de justesse à un lahar -- Les superbes villas abandonnées à flancs de colline.

Le cône d'éboulis et de dépôts pyroclastiques de la courte vallée de la rivière Tar.

L'ancien aéroport détruit par des coulées pyroclastiques et des lahars.

L'Observatoire Volcanologique de Montserrat (M.V.O.) flambant neuf !

Le rêve pour tout passionné belge de volcans actifs : boire une bière au pied d'un cône fumant !